Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

Seigneur, apprends-nous à vivre avec moins de pétrole !

Article publié conjointement dans les revues Construire Ensemble, Pour La Vérité, et Christ Seul, juin 2006

Regarder plus loin que la station-essence …

Frédéric de Coninck, sociologue

Le prix du carburant à la pompe est à la hausse. Que faire ? Certains ont des idées…qui conduisent à nous interroger sur nous-même.

Voici ce que je lis parmi les brèves d'un quotidien (le 27 avril dernier) : « Des religieux vont se rassembler aujourd'hui à Washington pour prier publiquement afin de faire baisser le prix de l'essence, a annoncé hier l'organisation américaine de prière en ligne Pray Live ».

Là-dessus je suffoque. On met vraiment la prière à toutes les sauces et un tel manque de hauteur de vue m'abasourdit totalement! Ces gens-là ne semblent pas penser aux autres matières premières qu'ils sous-payent, en affamant leurs semblables ailleurs dans le monde. Ils ne semblent pas penser non plus qu'ils pourraient vivre en consommant moins de pétrole. Magnifique témoignage sur les vertus de la foi évangélique, assurément!

Un extrait d'interview m'achève: « Nous avons l'espoir que de voir et d'entendre certains des prêcheurs les plus puissants du pays rassemblés devant une station d'essence dans la capitale des Etats-Unis rappellera à chacun qui est vraiment en charge de notre monde: Dieu ».

LE DIEU… DU PETROLE

On se lance là dans un douteux combat qui semble opposer le dieu des consommateurs de pétrole (je n'ose le nommer, mais il ressemble beaucoup au Baal des Cananéens d'autrefois) au dieu des producteurs, supposé, j'imagine, se trouver quelque part vers l'Arabie. Le conflit « spirituel » redouble ainsi le conflit armé en cours.

Je soupçonne les journalistes français d'avoir tronqué l'information par anticléricalisme, mais je retrouve exactement le même texte dans la presse anglo-saxonne. Les promoteurs de cette initiative la qualifient même de « message à destination de l'humanité ».

UN DIEU PAPA GATEAU…

Je suis las. Mon propos n'est, d'ailleurs, pas tellement de dénoncer les préjugés de cette clique, mais plutôt de réfléchir, plus généralement, au manque de discernement dont nous faisons, nous aussi, trop souvent preuve dans la prière. Nous nous adressons à Dieu comme au pourvoyeur de tous nos caprices, comme à une sorte de papa gâteau qui va nous combler de sucreries.

Et voilà que soudain une phrase des évangiles me vient en écho: « Quand tu vas présenter ton offrande à l'autel, si  tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère » (Mt 5,23­24).

LA FOI EN DIEU REND AUTO-CRITIQUE

Jésus a, ainsi, dénoncé, en son temps, la même dérive. Les activités spirituelles, dit-il, ne sont pas un lieu où nous pouvons oublier nos relations difficiles avec les autres. Ce n'est pas un havre de paix où nous nous retrouvons seuls face à Dieu. Elles sont un lieu qui doit nous conduire à nous interroger sur les autres et sur le mal que nous leur faisons, avant de penser à nos demandes.

Si l'amour du prochain et la sensibilité à son cri ne nourrissent pas notre prière, nos mots sonnent creux. Prier, dit-on, c'est aussi, c'est surtout, écouter Dieu et, en l'espèce, c'est écouter ce que l'autre a à dire sur la souffrance que nous lui infligeons.

PRIERE 

Alors, puisque l'Europe se situe peu derrière les Etats-Unis en terme de consommation d'énergies fossiles, je vous invite à la prière :

« Seigneur, pardonne-nous notre outrecuidance dans la consommation effrénée d'énergie.

Pardonne-nous nos réflexes d'enfants gâtés.

Seigneur, apprends-nous à vivre, jour après jour, en utilisant moins de pétrole. Apprends-nous à regarder plus loin que le bout de notre rue, plus loin que le capot de notre voiture.

Apprends-nous à discerner l'essentiel de l'accessoire.

Conduis-nous à faire, jour après jour, une part dans notre richesse pour ceux qui n'ont pas.

Donne-nous un coeur compatissant semblable au tien.

Et donne-nous de prier, jour après jour, en justice et en vérité.

Amen ! »